Pour une meilleure expérience s'il vous plaît changer votre navigateur en CHROME, FIREFOX, OPERA ou Internet Explorer.

Details Blog

La lente prise de conscience du poids de l’argent sur la recherche


L’utilisation de la science par des intérêts privés est l’une des thématiques centrales de Lobbytomie, le livre-enquête de notre collaboratrice Stéphane Horel, qui paraît jeudi 11 octobre aux éditions La Découverte (368 pages, 21,50 euros). Dans le monde académique, l’intérêt suscité par cette question – les liens d’intérêts agissent-ils sur la science ? – est récent : il ne remonte qu’à un peu plus de trois décennies. Singulièrement depuis le début des années 1990, un nombre croissant de chercheurs en sociologie et en histoire des sciences, mais aussi en nutrition, en toxicologie ou en épidémiologie, s’engagent dans des travaux visant à réexaminer les résultats ou les orientations de ces disciplines au prisme des financements et des conflits d’intérêts. Les questionnements sur l’impact des liens d’intérêts sur les travaux scientifiques remontent à une trentaine d’années.

laisse ton commentaire


Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *